La revue ADEN est en danger ! En savoir plus.

Arrow up
Arrow down
Imprimer

Appel à communications

*

La gauche des années 1930

IIe colloque international

 

Devant la guerre

(septembre 1938-septembre 1939)

Nantes

6-8 décembre 2019

*

À la fin de l’année 2012, la revue Aden. Paul Nizan et les années trente avait organisé pour ses dix ans un grand colloque international pluridisciplinaire et interdisciplinaire sur les années 19301. Il inaugurait un cycle intitulé « La gauche des années 1930 » dont le deuxième opus se déroulera en 2019.

Le programme de ce deuxième colloque continuera à refléter la ligne éditoriale de la revue Aden : exploration européenne et internationale des années 1930 et des mouvements de la gauche de cette période à travers la littérature, la presse, l’art, la politique, l’histoire, etc.

Organisé en partenariat avec la revue Europe, il souhaitera d’autant plus mettre l’accent sur la circulation des idées et la dimension des échanges internationaux entre intellectuels.

*

L’invasion de la Pologne en septembre 1939 et le début de la guerre en Europe n’ont sans doute surpris personne. L’évidence d’un nouveau conflit s’imposait irrésistiblement, étape après étape, à partir de 1936 avec la remilitarisation de la Rhénanie et le début de la guerre d’Espagne, et surtout, 1938, avec l’Anschluss et la crise tchécoslovaque. Entre le dénouement de celle-ci par les accords de Munich et l’entrée de la Wehrmacht en Pologne le 1er septembre 1939, moins d’un an plus tard, les questions de la guerre et de la paix occupent tout l’espace public pendant des mois, et provoquent divisions et reclassements, à gauche comme à droite.

A la différence de la crise de l’été 1914 dont la soudaineté et la rapidité ne laissaient guère de délai aux réactions et aux prises de position, la lente « montée » de ce que nous appellons « 2e Guerre mondiale » a laissé un large espace aux débats.

Pour les gauches, traumatisées par l’échec à s’opposer à la guerre en 1914, puis divisées par le « grand schisme» communiste de 1919-1921, cette nouvelle guerre qui s’annonce est un facteur de fragmentation supplémentaire.

Si le Front populaire, au moins en France, avait semblé rassembler les principaux courants des gauches sous la bannière de l’antifascisme, le débat sur l’intervention en Espagne avait d’ores et déjà engendré des fissures importantes.

Quant aux courants politiques d’extrême gauche, les discussions y étaient nourries et souvent véhémentes. A partir de 1938, le débat sur la guerre les fait voler en éclats. Certains, considérant que « le fascisme c’est la guerre » maintiennent jusqu’au bout une perspective pacifiste, alors que d’autres considèrent qu’un antifascisme conséquent et fidèle à ses principes doit assumer l’éventualité, voire la nécessité d’un conflit armé, donc de sa préparation.

*

L’objet de ce colloque est de revenir sur l’ensemble de ces problèmes, dans une perspective européenne.

Si la position des « pacifistes », au moins en France, a fait l’objet de nombreux travaux, il est important de la revisiter dans une perspective comparative : quid des pacifistes britanniques, belges, voire tchécoslovaques (s’ils existent) ?

Les « bellicistes » de gauche, beaucoup moins connus en dehors des communistes, méritent en outre un réexamen d’ensemble.

Enfin, il est remarquable que les essais d’intellectuels sur le sujet ont fait l’objet de peu d’analyses, et que la recherche sur la presse de l’époque alliée à son étude systématisée n’en est qu’à ses balbutiements.

Dans l’esprit d’Aden allié à celui de la revue Europe, nous appelons à des communications portant aussi bien sur des écrivains, des intellectuels, des journalistes, ou des militants, que sur des courants artistiques (peinture, photographie, cinéma), intellectuels ou politiques, des revues ou journaux divers.

Nous privilégierons des individus, courants ou supports peu commentés, même si les grands noms ne seront pas systématiquement exclus.

Ce, en encourageant particulièrement des études portant sur des pays autres que la France ou sur des ressortissants autres que Français (et donc provenant notamment de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Belgique, de l’Espagne, de la Grande-Bretagne, de la Tchécoslovaquie).

*

Veuillez faire parvenir vos propositions de communication en 500 signes maximum et une brève bio-bibliographie (profession, domaine de recherche, principales publications) à la fois à Anne Mathieu (matan@orange.fr) et à Gilles Vergnon (Gilles.Vergnon@wanadoo.fr) avant le 30 avril 2019, date butoir à respecter scrupuleusement.

*

Comité organisateur

Alexis Buffet, Mathieu Grignon, Pierrick Lafleur, Jean-Luc Martinet, Anne Mathieu, Xavier Nerrière, Jean-Marie Nizan, Jean-Baptiste Para, Laurence Ratier, Gilles Vergnon.

Comité Scientifique

Philippe Baudorre (Professeur en Littérature française du XXe siècle, Université Bordeaux Montaigne ; Equipe Telem)

Alexis Buffet (Bureau du Groupe Interdisciplinaire d’Etudes Nizaniennes [G.I.E.N.])

Sarah Frioux-Salgas (Responsable des archives au Musée du Quai Branly)

Hugo García (Enseignant-chercheur en Histoire contemporaine, Universidad Autónoma de Madrid)

Mathieu Grignon (Bureau du G.I.E.N.)

Jean-Luc Martinet (Rédaction en chef de la revue Aden)

Anne Mathieu (Directrice de la revue Aden ; Maîtresse de conférences H.D.R. en Littérature et Journalisme du XXe siècle, Université de Lorraine ; Equipes Telem et Sartre/Item/Cnrs)

Kevin Morgan (Professeur en Histoire contemporaine, University of Manchester)

Xavier Nerrière (Responsable des rubriques Photographies de la revue Aden ; Chargé des fonds iconographiques du Centre d'histoire du travail de Nantes)

François Ouellet (Comité de lecture de la revue Aden ; Professeur de Littérature française du XXe siècle, Université du Québec à Chicoutimi)

Jean-Baptiste Para (Revue Europe)

Bernard Pudal (Comité de lecture de la revue Aden ; Professeur émérite en Sciences Politiques, Université Paris-Nanterre)

Laurence Ratier (Rubrique « Réception de Nizan » de la revue Aden)

Marleen Rensen (Comité de lecture de la revue Aden ; Professeure assistante en Littérature européenne du XXe siècle, Universiteit van Amsterdam)

Ángels Santa (Comité de lecture de la revue Aden ; Professeure émérite en Littérature française du XXe siècle, Universitat de Lleida)

Jens Späth (Enseignant-chercheur en Histoire européenne contemporaine, Universität des Saarlandes)

Fabrice Szabo (Rubrique « Comptes rendus » de la revue Aden ; Enseignant à l’Université Wilfrid Laurier, Brantford, Canada)

Gilles Vergnon (Rédaction en chef de la revue Aden ; Maître de conférences H.D.R. en Hisdtoire contemporaine à l’I.E.P. de Lyon ; Equipe Lahra)

Françoise Willmann (Maîtresse de conférences H.D.R. émérite en Etudes germaniques à l’Université de Lorraine)

*

Ce colloque « Devant la guerre » est organisé pour l’instant avec le soutien de l’Equipe TELEM de l’Université Bordeaux Montaigne.

Les autres partenaires, dont nous attendons la confirmation, seront indiqués ultérieurement.

*

Au moment où nous envoyons cet appel à contributions, nous souhaitons indiquer par correction pour les candidats à celui-ci que nous ne sommes pas en mesure à ce jour de leur assurer que nous pourrons prendre en charge les déplacements, nuitées et repas. Mais nous escomptons toutefois leur annoncer une bonne nouvelle d’ici quelques mois.

*

Site internet : http://www.paul-nizan.fr/

1 Ce colloque des 30 novembre, 1er et 2 décembre 2012, intitulé « La gauche des années 1930 – Arts, Journalisme, Littérature (Europe-Amériques) » avait été co-organisé par le Groupe Interdisciplinaire d’Études Nizaniennes (G.I.E.N.), dont la revue Aden est l’émanation, et par la Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a donné lieu à un ouvrage, Journalisme et Littérature dans la gauche des années 1930 (A. Mathieu et F. Ouellet, Dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Histoire », 2014, 248 p.